LE ROMAN ET LA SÉRIE


La série est d’abord une quête humaniste comme la série « les enfants de la terre » de Jean M Auel, n’est-ce pas ?

Une importante composante de ma philosophie de vie est : « Ce ne sont pas les évènements qui forgent la personne, mais plutôt notre façon d’y réagir, de les aborder et de les surmonter. » Jean M Auel place dans la vie de Ayla toutes sortes d’épreuves qui la font grandir et, en les affrontant, elle devient plus forte, plus sûre d’elle, capable de poursuivre sa vie. J’ai donc dessiné le chemin de Nadine comme un parcours tortueux. Sa manière de le suivre la changera à jamais. Les lecteurs verront son évolution tout au long des six tomes. 


Quelle est l’idée derrière le 7e livre, le recueil des Nouvelles de la Terre perdue ?

L’idée m’est venue à la suite de discussions avec les lecteurs, particulièrement ceux qui ont attendus impatiemment chacun des tomes de la série. On me demandait de poursuivre les aventures de Nadine. On était déçu que ça s’arrête. J’ai donc décidé de leur offrir un recueil de nouvelles qui, en fait, est constitué de plusieurs bouts de textes ou des chapitres complets que j’ai retiré des livres pour mieux cadrer l’histoire. J’ai transformé ces textes en nouvelles plus légères que les intrigues racontées dans les romans. Le recueil vise les points suivants : 

  • Apporter des éléments nouveaux qui captiveront ceux qui ont lu la collection. Entre autres, les premières nouvelles nous placent dans les dix années précédents le départ de Nadine et les textes présentent les vues de Marie, la meilleure amie de Nadine; 
  • présenter un livre de moins de 300 pages pour les lecteurs qui n’aiment pas les collections; et
  • présenter un livre qui permettra à ceux qui ne connaissent pas la collection de voir de quoi il s’agit. 

À qui s’adresse ce roman ? 

Il s’agit d’un roman d’aventures qui s’adresse à un public général; bien que le Pays de la Terre perdue comporte des scènes de survie en forêt, il ne contient pas de violence humaine ni de scène sexuelle ou de langage vulgaire. La clientèle principale est adulte, femme ou homme, en raison de la grosseur de chaque volume (500 pages). Le jeune qui aime lire y trouvera son compte. Ma plus jeune lectrice avait neuf ans quand elle a commencé à lire la collection et mon plus âgé a 89 ans. 

Les lecteurs qui aiment lire des intrigues présentées par l’aventure, l’action, la quête de sens, la nature, la philosophie ou tout simplement un brin de folie y trouveront leur compte.


Où peut-on se procurer les livres de la série ? 

Boutique en ligne des Édtions du Défi.

  • On peut se procurer les six tomes de la collection (Le réveil, l’Hiver, La mer,  Les Visiteurs, Le Retour et Emmanuel) en format imprimé (30 CAD) et numérique (15 CAD) sur ma boutique en ligne eddboutique.com.  
  • Le recueil de nouvelles du Pays de la Terre perdue si trouve aussi en version imprimée (25 CAD) et en format numérique (12 CAD) 
  • On peut se procurer les novellas (La vengeance d’Amélie - février 2017, La fuite d’Emma - juin 2017, Le destin de Nancy - août 2017) se retrouvent aussi sur la boutique en ligne, en format imprimé (20 CAD) et numérique (7,99 CAD) Veuillez noter que la cédule d’inscription pour le livre numérique varie pour l’arrimer avec la sortie sur kindle sélect en premier.
  • Si vous résidez au Québec, les frais de transport sont réduits à 6 $ peu importe le nombre de livres achetés où le lieu de votre résidence sauf pour les novellas 
  • La maison Éditions du Défi assument la totalité des frais de transports si votre achat est au moins de 75 $ et que vous résidez au Québec.

En librairie. On peut commander les livres dans une librairie près de chez vous. Les livres du Pays de la Terre perdue sont distribués par l’Agence du livre (ADL) et novellas seront distribuées par Bouquinbec.

Téléchargement gratuit. On peut télécharger gratuitement le chapitre 1, en français, en anglais ou en espagnol, à partir de la page d’accueil de ce site.

Kindle (Amazon) On peut se procurer les versions numériques des six tomes de la collection et du recueil de nouvelles en français et le tome 1 de la collection en anglais, sur Kindle. 

Kobo (Chapters-indigo) On peut se procurer les versions numériques des six tomes de la collection et du recueil de nouvelles en français ainsi que le tome 1 de la collection en anglais, sur Kobo. 


L’apprentissage est au cœur de votre roman. Est-ce une valeur importante dans votre vie ? 

C’est l’une de mes valeurs les plus importantes. C’est ce qui me fait vibrer. Apprendre quelque chose de nouveau chaque jour garantit une belle journée. Ce n’est pas d’aujourd’hui; j’ai toujours aimé l’école. Entre autres, j’ai fréquenté quatre universités; d’abord Laval pour un bac en sciences, un diplôme en administration à Sherbrooke, une maitrise en administration des affaires à Concordia et L’UQAM pour des études en littératures.

Les lectures en tout genre et le partage des idées sont aussi des sources importantes d’apprentissage, tout comme la vie en générale. 


Est-ce que le Pays de la Terre perdue existe vraiment ? Où ?

Je pense que l’univers du Pays de la Terre perdue existe pour chacun de nous. Nous avons tous besoin d’une terre perdue, un lieu que l’on garde secret; parfois, c’est un endroit physique près de chez soi ou à l’autre bout du monde; souvent, c’est un coin à l’intérieur de nous. C’est un lieu où on trouve la source de ce que l’on est, pour stopper un instant la vie rapide d’aujourd’hui, pour se reconnecter avec la vie qui coule dans nos veines. 

C’est ce que j’ai voulu donner à mes lecteurs. sept livres (inclue le recueil de nouvelles), plus de 3 300 pages pages, près de 900 000 mots et de belles heures de lecture. On arrête le temps, on trouve un moment pour se ressourcer, on reprend contact avec la nature et on réfléchit à l’essence de la vie. Si, en lisant cette série, vous vous demandez « et si c’était moi, est-ce que je survivrais ? », j’aurai atteint mon but. 


Plusieurs auteurs ont traité de la disparition de la technologie, sous une forme ou l’autre; plusieurs présentaient une vue cataclysmique. Est-ce que c’est le cas dans votre livre ? 

Non. J’ai la conviction que l’humain a toujours la capacité de se réadapter à la nature, s’il devait le faire; c’est ce que je présente dans le livre. J’ai voulu parler de force de caractère, de survie, de valeurs humaines, de la famille, de l’amour, de l’importance de la vie, plutôt que de cataclysme et de destruction. J’ai voulu aussi montrer toute l’importance de la technologie dans nos vies. De voir Nadine se débrouiller avec rien pour survivre, nous fait apprécier ce que nous avons, ce que l’humanité a su créer pour nous rendre la vie plus facile. 

C’est aussi un livre qui traite de la solitude, du besoin de vivre en société. L’humain peut créer et inventer des outils pour survivre. Mais, est-il possible de survivre sans son clan, sans civilisation ? La volonté de Nadine de retourner chez elle nourrit son âme et l’aide certainement à survivre.  


Quand on lit la description de votre héroïne, on pourrait croire que vous et Nadine n’êtes qu’une seule et même personne; est-ce le cas ?

C’est une bonne question. On me le demande souvent. Je laisse le lecteur faire sa propre analyse. 


Maintenant que la collection est terminée, y compris le recueil de nouvelles, sur quels projets d’écriture travaillez-vous ?  

Je travaille sur quelques projets qui abouriront rapidement, d’autres demandent un travail à long terme. 

1) Je suis en train de publier une série de trois Novellas, un écrit littéraire de fiction qui se place entre la nouvelle et le roman. Les trois novellas paraîtront en 2017 en succession. Environ 150 pages et 25 000 mots. Les titres paraîtront aux Éditions du Défi, ma maison d’édition. 

  • La vengeance d’Amélie (février 2017) 
  • La fuite d’Emma (juin 2017)
  • Le destin de Nancy (Septembre 2017)

2) Un recueil de nouvelles qui réunira des nouvelles écrites alors que j’étais en voyage. 

3) Un roman est en préparation. Cette fois, le setting sera entièrement dans les Cantons de l’Est. Ce sera un roman dans la catégorie contemporaine. Cette fois, le thème tourne autour de la décision de changer sa vie et sur les pressions qui mènent une personne à le faire. Ce roman ne sortira pas avant la deuxième portion de 2018. 


Si vous avec une autre question sur l’auteure ou son œ vre, n’hésitez pas à utiliser la page « me contacter » pour la poser.



                                                                                                                                                       Dernière modification :  5 février 2017

© Suzie Pelletier 2012